La civilisation des revues et la ligne figurative

Descrizione: 

Dans les années de l'entre-deux guerres, le débat intellectuel mûrit à Florence autour de la rédaction de revues, qui contribuent à la formation d'un climat éclectique, chargé de suggestions et de contaminations avec les arts figuratifs. Espace large, surtout au sortir de la guerre, consacré au retour à la tradition figurative, dont un des principaux représentants est Ugo Ojetti: dans les colonnes de «Dédale» (1920-1933) et «Pan» (1933-1946), le critique défend le retour à un classicisme qui comprend l'étude des figures et la reprise de thèmes chers à la peinture du XVIIè s. comme la paysage et la nature morte. L'esprit de ce retour à l'ordre qui, depuis la fin des années 10 avait envahi l'action d'Ojetti, se retrouve également dans des revues comme « Le frontispice » (1929-1940), d'inspiration catholique et « Solaire » (1926-1936), liée aux artistes et intellectuels du Novecento toscan. Apparaissent également Giovanni Costetti, dans sa jeunesse collaborateur de la revue «Leonardo» (1903-1907) aux côtés de Giuseppe Prezzolini, Giovanni Papini et Ardengo Soffici, animateur vivace du panorama culturel florentin qui dans le premier après-guerre défera les habits de l'incendie avant-gardiste pour s'engager, à travers les pages «Vraie Italie» (1919-1920), dans une défense véhémente de la tradition toscane revisitée à la lumière du modèle cézannien.
 

13
#d6b67b
20,54
20,54