Contretendances a la “Biennale” de Venise de 1988

Descrizione: 

Celui qui vit dans le temps
ignore que le temps est réversible
comme un ruban de machine à écrire.
Celui qui creuse dans le passé peut comprendre
que passé et futur ne sont distants
que d'un millionième d'instant.
(Eugenio Montale)
 
Dans un panorama artistique dominé par le retour à la peinture et à la figuration dans la seconde moitié des années 80, les toscans Antonio Catelani, Daniela De Lorenzo et Carlo Guaita débutèrent dans la section Aperto 88 de la Biennale de Venise, dirigée par  Giovanni Carandente. Les trois sculpteurs proposaient un langage minimal, fait de lignes pures et de formes abstraites géométriques, à contre-courant du figuratif présenté ces années-là par la Trans-avant-garde. Leurs œuvres, qui reprennent la leçon de l'Arte povera italien et du minimalisme américain, sont le produit d'une manière artistique qui opère par soustraction. Dans la section Dans le Xxè s., sont rappelés les expériences de diffusion de l'art dans les bars, dans les discothèques et dans les ateliers de mode et les nouveautés dans les domaines de la musique (en 1987 naît le centre de recherche et de didactique musicale « Tempo Reale » dirigé par Luciano Berio), du théâtre (ce sont les années des expérimentations des « Magazzini Criminali » et du groupe Krypton) et de la danse (comme Virgilio Sieni avec la compagnie Parco Butterfly).

audio descrizione: 
1
#ffc220
20,54
Visualizzazione: 
visibile